moins


moins

moins [ mwɛ̃ ] adv.
XVe; meins XIIe; lat. minus, neutre de minor
Comparatif irrégulier de peu. IComparatif d'infériorité
1Il travaille moins. Il a moins parlé. Il a parlé moins. Il est moins grand, moins riche. Tâchez d'arriver moins tard. J'ai moins faim, moins froid.
♢ EN MOINS (et adj.). C'est le même en moins gros.
Loc. DE MOINS EN MOINS : en diminuant par degrés. J'y vois de moins en moins. (Dans une corrélation) Moins elle sort, moins elle a envie de sortir. Moins il travaille, mieux il se porte. Ni plus ni moins. Plus ou moins.
2 ♦ MOINS QUE. Il travaille moins que son frère, moins qu'avant, moins que je ne croyais. Moins que jamais. On le plaignait « moins pour les pertes qu'il avait souffertes que pour sa manière de les souffrir » (Hugo).
3(Précédé d'un adv.) Un peu plus ou un peu moins. D'autant moins que. Beaucoup, bien moins. Encore moins. Trois fois moins.
4(Précédé d'une négation, et exprimant une égalité) Non moins que. ainsi (que), comme. Rien moins, rien de moins que. Pas moins : tout autant. Ils ne sont pas moins décidés que leurs adversaires. On ne peut moins : le moins qu'il soit possible, très peu. « j'étais alors on ne peut moins sceptique » (A. Gide). N'en... pas moins (avec une idée d'oppos., de concession). Ils n'en ont pas moins de mérite. Il n'en est pas moins vrai que : il est vrai cependant que...
IILE, LA, LES MOINS. Superlatif de peu. « C'est le fonds qui manque le moins » (La Fontaine). C'est la moins intelligente des trois. Le moins mal. Le moins souvent possible. — LE MOINS DU MONDE : aussi peu que possible. ⇒ moindrement. (Surtout précédé d'une négation) Pas le moins du monde : pas du tout. Sans s'inquiéter le moins du monde, nullement. — DES MOINS : parmi les moins. « un portrait des moins flatteurs » (Sainte-Beuve),très peu flatteur. IIINominal
1Une quantité moindre; une chose moindre. Cela coûte moins. On ne peut pas faire moins. « Il ne m'aura pas fallu moins que toutes ces années pour arracher l'aveu de la vérité » (Tournier). — MOINS DE (suivi d'un subst., d'un numér.). Je voudrais moins de café. Cela dure moins d'une heure. Article à moins de dix francs. Ils étaient moins de cent (personnes). Ellipt (Fam.) Les moins de vingt ans : ceux qui ont moins de vingt ans. Film interdit aux moins de treize ans. Loc. En moins de rien. En moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. En moins de deux.
2(Opposé à trop) MOINS DE : une quantité insuffisante. « Plutôt moins que trop de nourriture » (Buffon).
3 ♦ À MOINS DE (suivi d'un subst. ou d'un inf.), QUE (suivi d'un subj.) :à une condition en dehors de laquelle une chose n'est pas possible, pas réalisable ou tolérable. Nous viendrons à moins d'un imprévu. sauf. Il n'acceptera pas à moins d'une augmentation, à moins qu'il ne reçoive une augmentation, à moins de recevoir une augmentation. J'irai chez vous, à moins que vous ne sortiez (cf. Excepté si, sauf au cas où).
♢ À MOINS : pour une chose moindre, une quantité, un prix moindre. Il est furieux; on le serait à moins ! Vous ne l'obtiendrez pas à moins.
4DE MOINS; EN MOINS, exprimant l'idée de diminution. Avoir qqch. en moins, de moins. Il y a une personne de moins, en moins. Fam. Avoir une case en moins. Être en moins. manquer. Il a deux ans de moins qu'elle. Absolt On lui donnerait dix ans de moins.
IV N. m.
1 ♦ LE MOINS : la plus petite quantité, la moindre chose. Qui peut le plus peut le moins. Le moins que l'on (en) puisse dire, c'est que... minimum. « Les œuvres les plus belles sont celles où il y a le moins de matière » (Flaubert).
2AU MOINS, appliqué à une condition qui atténuerait ou corrigerait le caractère d'un événement, d'une situation que l'on déplore. Si, au moins, il était arrivé à temps ! seulement. « Puisque tu ne fiches rien, rentre au moins à la maison » (Zola). Il y a au moins une heure, au minimum. ⇒ 1. bien, facilement. (Dans un sens voisin) TOUT AU MOINS; À TOUT LE MOINS; POUR LE MOINS.
♢ DU MOINS (loc. restrictive) :néanmoins, pourtant, en tout cas. S'il a reçu des menaces, du moins n'est-il pas en danger. Il a été reçu premier, du moins il le prétend, ou plutôt, il le prétend.
V Adj. Attribut « Il est moins qu'il paraît, moins que ce qu'il dit » (Giono). Spécialt Il est, c'est moins que rien. Subst. pop. C'est un (une) moins que rien. VI Prép.
1En enlevant, en ôtant, en soustrayant. Six moins quatre font deux. Dix heures moins une, moins dix (minutes), moins le quart. Ellipt (en sous-entendant l'heure) Dépêchez-vous, il est presque moins dix. Loc. Il était moins une, moins cinq : il s'en est fallu de très peu.
2(Introd. un nombre négatif) Il fait moins dix (degrés). Dix puissance moins sept (10— 7). Moins l'infini (— ∞ ). Moins trois plus moins deux font moins cinq. Subst. Un moins : le signe moins (noté — ). Mettre un moins.
⊗ CONTR. Autant; davantage, plus.

moins adverbe (latin minus) Indique une chose, une quantité, une valeur, etc., moindre ; plus petit (suivi éventuellement d'une comparative introduite par que) : Il travaille moins (que moi) depuis quelque temps. Moins de + nom, une plus petite quantité de, un plus petit nombre de : Il y a moins de monde à cette heure-ci. Emporte moins d'argent. Le moins (de + nom, la plus petite quantité, le plus petit nombre (de) : C'est lui qui travaille le moins. C'est là qu'il y a le moins de monde. Forme les comparatifs ou les superlatifs d'infériorité des adjectifs et des adverbes : Ce gâteau est moins bon que le tien. Roulez moins vite. Indique que quelque chose est en deçà d'un niveau, d'une quantité pris comme repères : Il était moins de minuit. Indique une soustraction, un nombre négatif ou une température inférieure à 0 °C (signe −) : Quinze moins huit égale sept. Il faisait moins dix cet hiver. Dans l'expression de l'heure, indique le nombre de minutes qui manquent pour atteindre l'heure exprimée ou connue par le contexte : Il est deux heures moins cinq. Indique que quelque chose, quelqu'un est retranché d'un ensemble, ou manque : J'ai retrouvé mon sac, moins le portefeuille. À moins, pour un moindre prix : Vous n'aurez pas ce livre à moins (de cent francs) ; pour une moindre raison, un moindre motif : On s'effraierait à moins. À moins de, que, indiquent la condition mise à quelque chose : À moins d'être fou, on ne peut agir ainsi. À moins qu'un orage ne survienne, nous serons à l'heure. À tout le moins, pour le moins, tout au moins, au minimum. Au moins, si ce n'est davantage : Il y avait au moins vingt clients dans la boutique ; en tout cas, de toute façon, avant tout : Si tu n'as pas sommeil, laisse au moins dormir les autres ; manière de faire une recommandation pressante : Je vous attends demain, n'y manquez pas, au moins. C'est moins que rien, c'est peu de chose. De moins, après l'expression d'une quantité, indique que cette quantité doit être retranchée : J'ai trouvé dans votre compte cent euros de moins. De moins en moins, en diminuant graduellement : Il y a de moins en moins de gens à Paris. Des moins + adjectif, très peu : C'est un roman des moins connus. Du moins, néanmoins, toutefois, en tout cas. En moins, indique que quelque chose, une quantité, manque ou que quelque chose doit être exclu : Il y a trois verres en moins. En (un peu, beaucoup) moins + adjectif, d'une qualité inférieure : C'est le même modèle en moins confortable. En (un peu, beaucoup) moins de, dans un temps moindre que : Achever son travail en moins d'une heure. Familier. En moins de deux, en moins de rien, en très peu de temps, très vite. Familier. Il était moins une, moins cinq, il s'en fallait de peu. Moins… moins, moins… plus, mieux, indiquent une corrélation entre une diminution progressive et une diminution ou une augmentation progressive : Moins je parle, mieux je me porte. Moins que, fort peu : Nous sommes moins que convaincus. Moins que jamais, moins qu'en toute autre circonstance. Moins que rien, extrêmement peu ; négligeable. (Une, un) moins que rien, personne qui n'a aucun intérêt, aucune valeur. Ne… pas moins, indique une égalité ou une supériorité possible. Ne… pas moins (de), insiste sur l'importance, la quantité : Il ne me faudra pas moins de dix jours pour finir. Ne… pas moins que de, tout autant que, jusqu'au point de : Tartarin ne parlait pas moins que de tuer tous les lions. N'en être pas moins, être cependant, tout de même. Non moins, autant, aussi. Rien de moins que, tout à fait : Il n'est rien de moins qu'un héros.moins (difficultés) adverbe (latin minus) Emploi 1. Au moins / du moins. Exprimant une restriction (= en tout cas, de toute façon, néanmoins), ces deux locutions sont équivalentes : il n'est pas très capable, mais au moins il est honnête ; il n'est pas malhonnête, au moins ? ; c'est terminé, du moins le croit-elle. - Au moins est souvent employé au milieu d'une phrase ou rejeté à la fin : si vous ne voulez pas vous occuper de cette affaire, au moins laissez-moi m'en charger ; tu pourrais t'excuser, au moins. - Du moins n'est jamais rejeté en fin de phrase et entraîne généralement l'inversion du sujet : s'il n'est pas brillant, du moins est-il sérieux et persévérant. On emploie dans le même sens tout au moins, pour le moins et à tout le moins.Au moins et du moins appartiennent à l'usage courant ; tout au moins et pour le moins relèvent de l'expression soignée, à tout le moins du registre soutenu. 2. Ne… rien moins que / ne… rien de moins que.rien 3. Des moins (+ adverbe). Des moins, employé le plus souvent devant un adjectif (v. ci-dessous, accord), peut aussi être employé devant un adverbe : il était vêtu des moins correctement, et il avait l'air ivre. Accord 1. Des moins (+ adjectif) : accord de l'adjectif. Quand le nom ou le pronom auquel l'adjectif se rapporte est au pluriel, l'adjectif s'accorde en genre et en nombre : ces nouvelles sont des moins captivantes ; ils sont des moins intéressants. Quand le nom ou le pronom auquel l'adjectif se rapporte est au singulier, l'adjectif s'accorde en genre mais se met normalement au pluriel : cette nouvelle est des moins captivantes ; il est des moins intéressants (des moins = parmi les moins). Cependant, des moins peut être compris comme un équivalent de très peu ; aussi admet-on aujourd'hui que l'adjectif s'accorde en genre mais reste au singulier après un nom ou un pronom au singulier : cette nouvelle est des moins captivante ; il est des moins intéressant. L'adjectif est toujours au masculin singulier s'il se rapporte à un pronom neutre ou à un infinitif : cela n'est pas des moins pénible pour lui ; travailler dans ces conditions est des moins agréable. 2. Moins de deux, accord du verbe. Avec moins de deux, le verbe se met au pluriel : moins de deux années ont passé. Remarque Avec plus d'un, le verbe est au singulier : plus d'un voudra être présent ce jour-là. Dans les deux cas, c'est le nom commandé par le numéral qui régit l'accord. Orthographe Le moins / la moins, accord de l'article. → le Construction 1. Moins de / moins que. Dans l'indication d'une quantité, d'une mesure, etc., on emploie moins de : elle a moins de trente ans ; votre fenêtre mesure moins de deux mètres. Dans une comparaison entre deux quantités ou deux grandeurs, on emploie moins que : trois fois quatre font moins que sept fois deux. Avec à demi, à moitié, aux trois quarts, etc., on emploie moins que : la gourde est moins qu'à moitié pleine ; quand l'inauguration officielle a eu lieu, les travaux était moins qu'aux trois quarts achevés. Moins de (la gourde est moins d'à moitié pleine) est vieilli. 2. Moins que... ne. Avec moins que, on utilise, dans l'expression soignée, le ne explétif : il est moins sourd qu'il ne le laisse paraître ; nous la voyons moins souvent que nous ne le souhaiterions. - Dans le registre courant, l'omission de ne est fréquente : il est moins sourd qu'il le laisse paraître ; nous la voyons moins souvent que nous le souhaiterions. Recommandation Dans l'expres-sion soignée, en particulier à l'écrit, préférer le tour avec ne explétif. 3. À moins de (+ nom) : à moins d'un incident, il devrait être ici dans une heure. - À moins de (+ infinitif) : à moins d'être retenu par un incident, il devrait être ici dans une heure. Ces tours sont usuels et corrects dans tous les registres. À moins que de (+ infinitif) : à moins que d'être retenu par un incident... Ce tour vieilli n'est plus employé que dans le registre très soutenu. 4. À moins que (+ subjonctif). Avec à moins que, on emploie le subjonctif et la particule ne : à moins qu'il n'ait été retenu, il devrait être ici dans moins d'une heure ; je risque d'être obligé d'abandonner, à moins que vous n'acceptiez de m'aider. - L'omission de ne est fréquente dans le registre familier : à moins qu'il ait été retenu... ; à moins que vous acceptiez de m'aider. Recommandation Dans l'expression soignée, en particulier à l'écrit, préférer le tour avec ne explétif. ● moins nom masculin Signe noté −, utilisé pour représenter une soustraction ou pour l'écriture des nombres négatifs. Ce signe apposé à une note scolaire pour indiquer un niveau légèrement inférieur : Il a eu B−. Tiret long (—) que l'on emploie soit pour séparer des phrases, soit pour marquer des énumérations, soit pour remplacer des mots inutiles à répéter, soit aussi pour marquer les dialogues.

moins
adv., Prép. et n. m.
d1./d Comparatif d'infériorité de peu. Moins grand que son frère. J'ai trois ans de moins que lui. J'ai reçu mille francs en moins.
De moins en moins: en diminuant peu à peu.
Moins que jamais: moins dans ce cas que dans tout autre.
D'autant moins que: en proportion inverse du fait que.
d2./d Le moins: superlatif de peu. Le moins bon élève de la classe. Parlez-en le moins possible.
Pas le moins du monde: pas du tout.
|| Du moins: cependant, en tout cas. Syn. tout au moins, pour le moins, à tout le moins.
|| Au moins: seulement. Si au moins il travaillait, au lieu de s'amuser.
Il a au moins cinquante ans, au minimum cinquante ans.
|| Des moins: très peu. Une soirée des moins réussie.
d3./d Loc. adv. à moins: pour qqch de moindre. On se fâcherait à moins.
|| Loc. Prép. à moins de: à un prix inférieur à.
Sauf dans le cas de. Présence requise à moins d'une impossibilité dûment attestée.
|| Loc. conj. (suivie de "ne" et du subj.). à moins que: sauf dans le cas où. Je n'irai pas à moins que vous ne veniez aussi.
d4./d n. m. Le moins: le minimum. Le moins que l'on puisse dire. C'est bien le moins: on ne saurait faire moins.
(Prov.) Qui peut le plus peut le moins.
d5./d n. m. MATH Signe de la soustraction (-).
d6./d Prép. (Employée pour soustraire.) 8 moins 5 égale 3. Dix heures moins le quart.
Loc. Fam. Il était moins cinq, moins une: il s'en est fallu de peu.
|| adv. (Afr. subsah., Madag.) Six heures moins: entre 5h 30 et 6h.

⇒MOINS, adv., prép. et subst. masc.
I.Adv. de quantité
A.Compar. d'infériorité
1. [Dans un système compar., exprime une qualité ou une intensité inférieure, soit à cette même qualité ou intensité chez un autre être ou objet, soit à une autre qualité ou intensité]
a) [Le morphème compar., corrélatif de moins (mais qui peut être sous-entendu) est la conj. que] Moins... (que)
) [La compar. concerne un autre être ou objet ; le terme comparé est]
[un adj. (ou un part.)]
Moins + adj. + que + prop. C'est très curieux, et bien moins convaincant que ne le sera l'Ode de Claudel (RIVIÈRE, Corresp. [avec Alain-Fournier], 1908, p.331).
Moins + adj. + que + subst./nominal. Quand tu me plaquais au milieu de la nuit pour aller coucher avec une «entraîneuse», dix fois moins belle que moi (VAILLAND, Drôle de jeu, 1945, p.33).
Moins + adj. Une reine Frédérique moins jeune, moins aimable et moins belle (LEMAITRE, Contemporains, 1885, p.187). L'art des bouquets et des guirlandes est moins soutenu (ALAIN, Beaux-arts, 1920, p.179):
1. «Clara,» m'a dit cette femme si vieille
Qui chaque jour pleure encor son printemps,
«Quoi! votre joue est déjà moins vermeille!
Vous languissez, et n'avez que vingt ans!...»
BÉRANGER, Chans., t. 3, 1829, p.57.
[un adv.]
Moins + adv. + que + prop. Je ne sais pas pourquoi les Stamply dormiraient ici moins bien que n'y dormaient les La Seiglière (SANDEAU, Mlle de La Seiglière, 1848, p.9).
Moins + adv. + que + subst./nominal. Nous sommes bien contents, quand nous sommes amochés, qu'il y ait des infirmières pour s'occuper de nous moins durement que bien des salauds d'infirmiers militaires (ROMAINS, Hommes bonne vol., 1938, p.127).
Moins + adv. Il avait en son maître la même foi que Pencroff, mais il la manifestait moins bruyamment (VERNE, Île myst., 1874, p.175).
[un subst. ayant une valeur adj.] Tous ceux qui adorent quelque chose sont frères, ou certes moins ennemis que ceux qui n'adorent que l'intérêt et le plaisir (RENAN, Avenir sc., 1890, p.482).
Fam. [Dans une constr. avec faire] Si tu m'avais écouté ces nuits-ci, au lieu de ronfler, ça me ferait moins deuil à présent, je me sentirais moins seul (BERNANOS, M. Ouine, 1943, p.1440).
[un verbe]
♦Verbe + moins + prop. Elle l'intimidait moins que ne l'eût fait un article de Paris (RADIGUET, Bal, 1923, p.179).
♦Verbe + moins + subst./nominal. Or la lune éclaire moins que mes douze flambeaux de cire (LOUYS, Aphrodite, 1896, p.51).
♦Verbe + moins. Si M. le Préfet avait consenti à écrire moins et à parler davantage, peut-être eussions-nous pu gagner les gens timides (STENDHAL, L. Leuwen, t. 3, 1836, p.119).
En partic. [La compar. concerne un autre lieu ou un autre temps] Sais-tu, me dit-elle, que, depuis que tu es mon rom [homme] pour tout de bon, je t'aime moins que lorsque tu étais mon minchorro [soupirant]? (MÉRIMÉE, Carmen, 1847, p.65). J'y vais tout de même et m'y ennuie — mais moins que chez moi (VALÉRY, Corresp. [avec Gide], 1896, p.260).
Moins que jamais. J'en doute moins que jamais (AMIEL, Journal, 1866, p.305).
) [La compar. concerne une autre qualité ou intensité ou bien un autre procès ou une autre modalité du procès; le compl. du compar. est exprimé par]
[un adj. (un part.) ou un adv.] Il réfléchit moins vite que profondément. Cette situation est moins angoissante qu'absurde (NIZAN, Conspir., 1938, p.104).
[un verbe]
♦[La compar. concerne le procès lui-même] Je connaissais Léonard beaucoup moins que je ne l'admirais (VALÉRY, Variété [I], 1924, p.181).
♦[La compar. concerne les compl. du verbe] Des souvenirs irritants qui engendraient moins l'amour que la fureur (NIZAN, Conspir., 1938, p.32). Les Barbares aiment moins ce qui est beau que ce qui est riche (HUYGHE, Dialog. avec visible, 1955, p.206).
Rem. Moins peut être modifié par: a) un multiplicatif. La course était ainsi deux fois moins longue (GYP, Souv. pte fille, 1928, p.76). b) Un adv. d'intensité (beaucoup, bien, nettement, un peu, etc.). La signature de Madame de Chalais au bas du bulletin aura beaucoup moins de poids (GYP, Souv. pte fille, 1928, p.153). D'autres étaient encore moins libres qu'eux (CAMUS, Peste, 1947, p.1354).
) [La compar. consiste à situer ce dont on parle sur une échelle et à le déclarer inférieur à une qualité signifiée par un adj. ou un subst. ou nominal à valeur d'adj. introd. par que]
Moins que + adj. Il sera indifférent; non pas froid... moins que froid... indifférent! (GOBINEAU, Pléiades, 1874, p.140).
Moins que + subst. à valeur d'adj. Constamment humilié par des échecs, persuadé qu'on lui imposait une épreuve dérisoire et que ces abstractions étaient moins que fumée, il s'ennuyait à mourir (QUEFFÉLEC, Recteur, 1944, p.226).
Moins que rien. Cela se réduit — si on veut le réduire — à très peu de chose, à rien. À moins que rien (GRACQ, Syrtes, 1951, p.101).
Emploi subst. Personne d'importance négligeable. Mais Djouma était un chien pareil à tous les chiens, c'est-à-dire un moins que rien (MARAN, Batouala, 1925, p.137).
) [Précédé d'un adv. négatif, moins exprime l'égalité ou la supériorité] La femme n'est pas moins spontanée que l'homme dans ses affinités électives (MÉNARD, Rêv. païen, 1876, p.112).
Ni plus (...) ni moins (...) que. L'île de Sein, ni plus ni moins que la corbeille de Moïse, avait été protégée par Dieu (QUEFFÉLEC, Recteur, 1944, p.52).
Non moins (...) que. Il eût ressenti (non moins que Balzac d'ailleurs) une satisfaction dont il n'eût pu cependant s'empêcher de se targuer (PROUST, Sodome, 1922, p.1053).
Il n'en reste/demeure pas moins que. [Pour renforcer une énonciation] Il n'en restait pas moins qu'un prêtre avait fait d'elle la femme d'un misérable, pour toujours (G.LEROUX, Parfum, 1908, p.13).
Ne (...) rien moins que. Ne (...) nullement. Qu'allait en dire mon collègue, qui n'est rien moins que bienveillant envers le questeur? (MAINE DE BIRAN, Journal, 1816, p.186). Moi qui ne suis rien moins que dévot — maman n'aime pas les prêtres, c'est connu (BERNANOS, M. Ouine, 1943, p.1373).
Rien de moins que. Bel et bien. Pour penser autrement il ne faut rien de moins que se placer au point de vue des dieux (VALÉRY, Variété IV, 1938, p.34).
♦[En relation avec une concessive] Le lyrisme, quoique méconnu, n'en était pas moins le fait d'une inspiration élevée (REYBAUD, J. Paturot, 1842, p.315).
Rem. L'usage observe mal la distinction entre rien moins que négatif et rien de moins que positif; rien moins que a fréq. un sens positif, particulièrement lorsqu'il est suivi d'un subst. ou d'un inf. ,,Le reste de la phrase doit déterminer le sens dans lequel est prise cette locution. «Vous lui devez de la reconnaissance, car il n'est rien moins que votre bienfaiteur», Il est véritablement votre bienfaiteur. «Vous pouvez vous dispenser de reconnaissance envers lui, car il n'est rien moins que votre bienfaiteur», Il n'est pas du tout votre bienfaiteur`` (Ac. 1835-1935).
b) [Dans une relation corrélative avec plus ou avec lui-même]
[Moins indique une variation proportionnelle ou inversement proportionnelle] Moins (...) (et) plus (...), plus (...) (et) moins (...), moins (et) moins (...). Plus j'en fais, moins je réussis (FLORIAN, Fables, 1792, p.39). Moins on est encombré, moins on descend vite (GUITRY, Veilleur, 1911, III, p.24). Moins il en reste, plus elle est précieuse (BARRÈS, Cahiers, t. 11, 1914, p.95).
D'autant moins (...) que (...) (plus/moins...). Des difficultés d'autant moins surmontables qu'il s'agit d'opérations plus compliquées (COURNOT, Fond. connaiss., 1851, p.113).
[Pour indiquer une approximation]
Un peu plus, un peu moins. Hé bien! je souffrirai; que fais-je autre chose? un peu plus, un peu moins... (GOBINEAU, Pléiades, 1874, p.140).
Plus ou moins. Les pointes plus ou moins aiguës ou arrondies, plus ou moins élevées, ont des formes (...) différentes (CRÈVECOEUR, Voyage, t. 2, 1801, p.156).
c) Moins de + subst. [Évoque une moindre quantité (le compl. de comparaison pouvant être implicite)]
Moins de + subst. (que...). Sur la route, d'abord moins de blé, plus de vignes (MICHELET, Journal, 1835, p.200). Ce n'est nullement que Valéry ait moins de génie (DU BOS, Journal, 1927, p.189).
♦[Le compl. introd. par de est lui-même implicite] Il s'attendait à moins. Nous ne nous contenterons pas de moins (CLEMENCEAU, Vers réparation, 1899, p.240). Je n'attendais pas moins de lui (GIRAUDOUX, Intermezzo, 1933, I, 4, p.24).
♦[Le compl. du compar. est un numéral] Moins de... L'ébahissement des passants de moins de dix ans (HUGO, Misér., t. 1, 1862, p.464). L'ingénieur, voulant produire un effet formidable, ne comptait pas consacrer moins de dix litres de nitro-glycérine à l'opération (VERNE, Île myst., 1874, p.159).
Emploi subst. [Pour désigner une pers. n'ayant pas atteint un âge déterminé] Les moins de quarante ans ne me voient plus (LARBAUD, Journal, 1934, p.332).
Rem. ,,Devant un nom de nombre, on emploie plus que, moins que quand on veut donner au second terme de la comparaison un relief plus accusé ou lui faire prendre une signification mathématique`` (GREV. 1969, § 851a). Il n'avait pourtant guère moins que cinquante ans (MICHELET, Journal, 1834, p.134).
2. Dans des loc.
a) Loc. adj. Subst./pronom./numéral + de moins (... que)/en moins. Qui manque, qui vient en diminution. L'argent en moins et la diffamation en plus (FOURIER, Nouv. monde industr., 1830, p.31). Elle a dix ans de moins que sa fille (ZOLA, Nana, 1880, p.1426).
[Pour signifier qu'un état ou une situation peut être (ou ne pas être) modifiée par une petite quantité] Qqc. de/en plus ou de/en moins. Ce qu'elles ont en plus ou en moins dans un certain sens corrige ce que nous avons en moins ou en plus dans le sens contraire (SAND, Hist. vie, t. 2, 1855, p.266). Quelques gouttes d'eau de plus ou de moins ont fait pencher Napoléon (HUGO, Misér., t. 1, 1862, p.374).
b) Loc. adv.
À moins
♦Pour un moindre prix. Trois francs cinquante, dit Durgé: je ne travaille pas à moins (R. BAZIN, Blé, 1907, p.197).
♦Pour une moindre cause. Je puis mourir d'étonnement; on meurt à moins (LAUTRÉAM., Chants Maldoror, 1869, p.127). Je suis content. On le serait à moins (JARRY, Ubu, 1895, I, 1, p.35).
En moins
En moins + adj. Avec une intensité, une qualité moindre. J'ai beaucoup d'elle, mais en moins bon et en moins rude (SAND, Hist. vie, t. 2, 1855, p.247). Voilà bien mes enthousiasmes, en moins long (RENARD, Journal, 1900, p.612).
De moins en moins (avec un adj. ou un verbe). En diminuant graduellement. Tours en étages avec terrasses, de moins en moins larges (MICHELET, Journal, 1831, p.102). Je te reconnais de moins en moins (VOGÜÉ, Morts, 1899, p.427).
c) Loc. prép.
À moins de
À moins de + numéral. Pour une quantité (une distance, une somme...) inférieure. Elle ne trouverait rien de propre, à moins de cinq cents francs (ZOLA, Assommoir, 1877, p.478). À moins de cinquante mètres, ils distinguèrent nettement des hommes qui galopaient vers eux (GENEVOIX, Raboliot, 1925, p.268).
À moins de + subst./inf.; (littér.) à moins que de + inf. Sauf si, excepté si. À moins que d'être gentilhomme (CHAMFORT, Max. et pens., 1794, p.76). À moins d'être un colosse, à moins d'avoir des épaules d'Hercule, on reste ou sans coeur ou sans talent (BALZAC, Illus. perdues, 1839, p.530). Le soir venu, à moins de pluie, on réaccompagnait à pied, de part et d'autre, ses visiteurs (PESQUIDOUX, Livre raison, 1928, p.78).
En moins de. Dans un temps inférieur à. Les bureaux n'étaient pas loin du camp, et nous y fûmes en moins de cinq minutes (ABOUT, Roi mont., 1857, p.80).
Littér. En moins de rien. En moins de rien il ne resta debout que le nouveau venu (ALAIN-FOURNIER, Meaulnes, 1913, p.147).
Fam. En moins de deux. Il faudrait voir à c'que vous vous fassiez la paire d'ici, en moins de deux (BARBUSSE, Feu, 1916, p.116). En moins de temps qu'il ne faut pour le dire. En moins de temps que je n'en mets à vous le dire, la prisonnière avait disparu (MÉRIMÉE, Carmen, 1847, p.36).
d) Loc. conj. À moins que (ne) + subj. [Envisage la possibilité d'un fait et signifie que si ce fait a lieu, ce qui est dit dans la principale (ou dans la phrase précédente) se trouve mis en cause] Sauf si, excepté si. M. Stangerson devait normalement passer à Valence à moins qu'il ne se soit arrêté en route (G.LEROUX, Parfum, 1908, p.27). À moins qu'elle n'eût à le déshabiller ivre mort et qu'il ne s'endormît en travers du lit (TRIOLET, Prem. accroc, 1945, p.174).
B.Superl. d'infériorité. Le moins
1. Emplois adv. [Exprime une qualité ou une intensité inférieure à celle de tout autre sujet ou objet (pris ou non dans une classe déterminée)]
a) Le(s) moins + adj. (ou subst. à valeur d'adj.)/ + verbe/ + adv. (+ de ...).
Le(s) moins + adj. (ou subst. à valeur d'adj.) + de ... Certes, ce n'est pas la moins pieuse de vos paroisses (QUEFFÉLEC, Recteur, 1944, p.19).
Le(s) moins + adj. (ou subst. à valeur d'adj.). Cette dame (...) est l'écrivain le moins poète que je connaisse (DELÉCLUZE, Journal, 1827, p.372). Les songes du premier sommeil sont les moins purs et les moins importants (BÉGUIN, Âme romant., 1939, p.82).
Rem. Le subst., à la différence de l'adj., est obligatoirement suivi par une relative : qui soit, que je connaisse, que j'aie jamais rencontré.
Le(s) moins + adv. La chose que les écoliers amnistient le moins facilement, c'est la soupe du pensionnat (REYBAUD, J.Paturot, 1842, p.414). Il est conforme à la logique naturelle d'aller demander appui aux parties les plus anciennes de la pensée occidentale, les plus violemment opposées aux disciplines du XIXe siècle, et dont l'efficacité, depuis trois cents ans, a été le moins fréquemment mise à l'épreuve (J.-R. BLOCH, Dest. du S., 1931, p.176).
Verbe + le moins. De vous tous, ma petite Marie est celle qui me préoccupe le moins (BECQUE, Corbeaux, 1882, I, 1, p.69):
2. Je ne crois pas qu'on m'aime, parce que je ne me soucie pas de me faire aimer. Savez-vous que c'est, à tout prendre, l'attitude qu'on pardonne le moins à un de ses semblables?
SIMENON, Vac. Maigret, 1948, p.55.
Le moins du monde
Pas le moins du monde. Absolument pas. Toute géométrie serait-elle ainsi devenue impossible? Pas le moins du monde (POINCARÉ, Valeur sc., 1905, p.109).
[Dans un cont. interrogatif ou hypothétique] Un tant soit peu. J'en ai assez pour que nous puissions voyager grandement pendant cinq ou six mois, si cela t'amuse le moins du monde (DUMAS fils, Dame Camélias, 1848, p.195). S'il nous compromet le moins du monde, je t'avertis que je me débarrasserai de lui carrément (ZOLA, Ventre Paris, 1873, p.761).
Rem. Le superl. peut être renforcé: a) De beaucoup/de loin/.../le moins + adj./adv. Lui, de beaucoup le moins coupable des deux (BILLY, Introïbo, 1939, p.231). b) Le moins + adj. (ou subst. à valeur d'adj.) possible/du monde/... Moi, qui suis le moins chimiste des hommes (PONCHON, Muse cabaret, 1920, p.239).
b) Emploi de nominal
Le moins de + subst. (ou pronom.) (que/qui...). La plus petite quantité de. J'écris le moins de lettres que je peux (HUGO, Corresp., 1864, p.475).
Le moins + rel. La moindre chose. Le moins que j'aurais risqué c'est que, dans l'intervalle de l'arrivée de ma lettre à sa publication, un homme d'esprit daignât prendre la chose sous sa responsabilité (GOBINEAU, Corresp. [avec Tocqueville], 1857, p.283).
Le moins que l'on puisse direaire. Le moins qu'on puisse faire, c'est d'indemniser des frais de l'entreprise (MARAT, Pamphlets, Charlatans mod., 1791, p.275). Le moins que l'on puisse dire, c'est que vous avez agi avec une imprudence... bien coupable (MARTIN DU G., Thib., Pénitenc., 1922, p.731).
Le moins + complétive. C'est (bien) le moins (que...). C'est la moindre des choses (que...). Pauvres créatures! si c'est un tort de les aimer, c'est bien le moins qu'on les plaigne (DUMAS fils, Dame Camélias, 1848, p.23). Lorsqu'on s'est fait tuer pour le service de la France, que diable! c'est le moins qu'on ne vienne pas soi-même le raconter aux gens (SANDEAU, Mlle de La Seiglière, 1848, p.166).
Proverbe. Qui peut le plus peut le moins. Qui peut le plus peut le moins, le droit de tuer suppose celui de voler (MILLE, Barnavaux, 1908, p.239).
2. Dans des loc. adv.
a) Au moins
En prenant la plus faible estimation. Il doit être au moins licencié, en droit ou ès sciences (ROMAINS, Hommes bonne vol., 1932, p.147).
En partic.
♦[Suivi d'un numéral] Il devait être au moins une heure du matin (RADIGUET, Bal, 1923, p.54). Il lui devait au moins deux mille francs (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p.529).
♦[Portant sur l'énonciation; le locuteur suggère que ce qui est demandé et ce sur quoi il interroge est considéré par lui comme le minimum de ce qui est dû, de ce qu'il faut] Changez au moins cette chemise tachée; vous exhalez le sang! (BOREL, Champavert, 1833, p.54). Et elle te plaît, au moins, cette montre? C'est M. l'abbé Petitjeannin qui l'a choisie (ARAGON, Beaux quart., 1936, p.239). Il y en a pour cher, au moins, de tes cailloux? (ARAGON, Beaux quart., 1936, p.350).
b) À tout le moins, tout au moins, pour le moins. En estimant les choses au minimum, en se bornant au minimum. Il n'y a là, à tout le moins, rien de plus déraisonnable (BRETON, Nadja, 1928, p.137). Elles sont esclaves, écrivait-il, du schéma grec de la perception qui (sous sa forme la plus simple, tout au moins) oppose le sujet dans une attitude réceptive et à peine engagée (MOUNIER, Traité caract., 1946, p.44). Une voix molle au bout du fil, celle d'un homme qui en est à sa cinquième ou sixième heure de bridge et à son sixième petit verre pour le moins (SIMENON, Vac. Maigret, 1948, p.81).
c) Des moins
Des moins + adj. plur. Parmi les moins. Ma vie est des moins singulières, je la veux ainsi (BERNANOS, Joie, 1929, p.665).
Rare. Des moins + adj. sing. ou + adv. Très peu. Il chante des moins juste (GREV. 1969, § 828 N. B. 2 b).
d) Du moins
[Dans un système oppositionnel (souvent précédé de ou ou figurant dans une incise) sert à restreindre une assertion] Il nous fallut, du moins pour quelques temps, renoncer au spectacle dont on nous avait flattés (DUSAULX, Voy. Barège, t.1, 1796, p.233). Vous êtes charmante, belle Raimonde, ou du moins je suis charmé (STENDHAL, L. Leuwen, t.3, 1836, p.32). Elle aimait son fiancé, du moins elle croyait l'aimer (SANDEAU, Mlle de La Seiglière, 1848, p.104).
♦[En corrélation avec sinon] Dès lors il était, sinon agréable, du moins naturel et honorable d'être à ce point méconnu par eux (LARBAUD, Journal, 1935, p.359). Elle était sinon mince, du moins pas grasse (TRIOLET, Prem. accroc, 1945, p.229).
[Portant sur l'énonciation] Synon. de au moins, au minimum. Vous êtes du moins Andalouse. Il me semble le reconnaître à votre doux parler (MÉRIMÉE, Carmen, 1847, p.20). S'il a tous ces torts mystérieux, existe-t-il, du moins, quelqu'un qui ne les ait pas? (GOBINEAU, Pléiades, 1874, p.106).
II.Préposition
A. — [Pour indiquer une soustraction]
1. [Dans une opération arithmétique] Six moins quatre égale deux (DG).
P. ext. Sauf. Tous sortent, moins Isabelle et le droguiste (GIRAUDOUX, Intermezzo, 1933, I, 6, p.68):
3. Bientôt pour lui Eugénie fut l'idéal de la Marguerite de Goethe, moins la faute.
BALZAC, E. Grandet, 1834, p.170.
2. [Dans le décompte de l'heure, précédant le nom de nombre correspondant au nombre des minutes manquant pour que l'heure soit complète] Cinq heures moins un quart... Cinq heures moins cinq... Allons! (BARBUSSE, Feu, 1916, p.156). Sous un bec de gaz, Conan regarda son bracelet-montre: — Oh! bon Dieu! moins dix! (VERCEL, Cap. Conan, 1934, p.57).
(Il était) moins cinq/moins une. Il s'en est fallu de très peu. C'était moins cinq, comme a dit Maurras (GIONO, Colline, 1929, p.191).
B. — [Pour indiquer un nombre négatif]
1. [En alg.] Moins trois plus moins cinq égale moins huit. Un millième, ou dix puissance moins trois (10—3) (Lar. Lang. fr.).
2. [Dans la mesure de la température, pour indiquer les degrés au-dessous de zéro] Pierre H. qui s'est envolé vendredi 13 (le veinard!) pour Marseille, écrit qu'on a moins six sur la Côte d'Azur (GIDE, Journal, 1946, p.304).
III.Subst. masc. Symb. (—).
A.MATH. Signe de la soustraction ou d'un nombre négatif. Plus par moins qui donne moins, (...) moins par moins qui donne plus (BONALD, Législ. primit., t.1, 1802, p.270).
P. anal. Votre vie intérieure, mon enfant, porte le signe moins (BERNANOS, Imposture, 1927, p.320).
B.IMPR. Tiret servant à séparer les phrases incidentes (en remplaçant des parenthèses), à marquer l'interlocution ou à remplacer parfois idem (d'apr. COMTE-PERN. 1963).
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. I. Adv., compar. de peu A. Modifie 1. ca 1135 un verbe (Couronnement de Louis, 865 ds T.-L.: Or te pris meins que al comencement); 1155 (WACE, Brut, 1768, ibid.: Mais tu m'as regëi a front Que meins m'eimes qu'eles ne font); 1174-76 (GUERNES DE PONT-STE-MAXENCE, St Thomas, 362, ibid.: E cum plus a li hum, meins atent al saveir); 2. ca 1170 un adv., une loc. adv. (MARIE DE FRANCE, Lais, éd. J.Rychner, Lanval, 580, var. du ms. H [mil. XIIIe s.]: Ele veneit meins que le pas); 1176-81 (CHRÉTIEN DE TROYES, Chevalier au Lion, éd. M. Roques, 567: moins volentiers); 3. 1174-76 un adj. (GUERNES DE PONT-STE-MAXENCE, op. cit., 2760 ds T.-L.: mains sacrez). B. 1155 accompagnant un nom de nombre à retrancher d'un autre nombre «étant soustrait, enlevé» (WACE, op. cit., 1619, ibid.: Quarante anz un meins regna cil); 1174-87 moins de (CHRÉTIEN DE TROYES, Perceval, éd. F. Lecoy, 2000: De III C chevaliers et dis, Don cist chastiax estoit garnis N'a ceanz remés que cinquante; Que II et dis moins de seissante En a uns chevaliers mout max [...] menez Et ocis et anprisonez); 1606 (NICOT: un moins de cent), tour à l'orig. de l'emploi de moins considéré comme prép.: cinq moins trois (Trév. 1771). C. Loc. adv. 1.ca 1160 ne plus ne meins (Eneas, 6508 ds T.-L.); 2. 1530 de moyns en moyns (PALSGR., p.850a); 3. a) 1534 ne ... rien moins que «ne ... nullement» (RABELAIS, Gargantua, prol., éd. R. Calder et M. A. Screech, p.11, 46: ... tel est vestu d'habit monachal, qui au dedans n'est rien moins que moyne); av. 1559 (A. PAPILLON, Sermon du bon pasteur et du mauvais [v. C. MAROT, Œuvres, éd. C. A. Meyer, t.3, pp.54-55] ds C.MAROT, Œuvres, éd. A. Grenier, t.1, p.66: Tu ne cherchois rien moins, Samaritaine, Que ton salut, allant à la fontaine); 1534 emploi ell. (RABELAIS, op. cit., XXXVIII, p.229, 43: ... ilz prient Dieu pour nous. - Rien moins); b) 1608 ne ... rien moins que «bel et bien» (J. DE SCHELANDRE, Tyr et Sidon, éd. J. Haraszti, IV, 2211: ... cest avide Roy Ne prétendoit rien moins que ma couronne et moy); 4. 1538 plus ou moins (après un chiffre, synon. du lat. circiter) (EST., s.v. multus - plus); 1595 plus ou moins «à différents degrés» (MONTAIGNE, Essais, II, XII, éd. A. Thibaudet, p.610); 5. av. 1628 ne ... pas moins «tout de même, malgré cela» (MALHERBE, ,,Traité des bienfaits`` de Sénèque ds Œuvres, éd. L. Lalanne, t.2, p.111: Le chantre que le bruit empêche de se faire ouïr n'a pas moins bonne voix); 1662 n'en ... pas moins «id.» (CORNEILLE, Sertorius, VI, 1: Ah! Pour être Romain, je n'en suis pas moins homme). II. Le moins superl. de peu; dans les loc. suiv.: A. Ca 1135 al meins (Couronnement de Louis, éd. E. Langlois, 1988: al meins cent chevaliers); 1155 (WACE, Brut, 749 ds T.-L.: Tant les funt par mer foleier [les sirènes] Ke sovent les funt periller; U al mains lur dreit eire perdent); ca 1165 a tot le meins (BENOÎT DE STE-MAURE, Troie, 28691, ibid.). B. 1. 1174-87 estre del mains a «être de minime importance, être la moindre des choses en comparaison de» (CHRÉTIEN DE TROYES, Perceval, 4590: Einz ne vëistes si noir fer Com ele ot le col et les mains Et ancores fu ce del mains A l'autre leidure qu'ele ot); 1364 c'est du mains «pour le moins, tout au moins» (Miracles de N.-D., éd. G.Paris et U. Robert, XXII, 1194); 2. 4e quart XIVe s. du moins «au moins» précédant un nom de nombre (FROISSART, Chron., II, éd. G.Raynaud, VII, §106, t.9, p.171 [1379]); 3. 1512 du moins exprimant une restriction (Corresp. de l'empereur Maximilien I et de Marg. d'Autriche, éd. M. Le Glay, t.2, p.21, 12 août). C. Av. 1514 pour le mains précédant un nom de nombre (LEMAIRE DE BELGES, Couronne margaritique ds Œuvres, éd. J. Stecher, t.4, p.48). III. Emploi nom. A. Loc. 1. loc. prép. a) 1155 en meins de + terme exprimant le temps (WACE, op. cit., 2856 ds T.-L.: En meins d'un an); b) ) 1549 a moins de + le montant d'une somme (EST.); ) 1630 à moins que + subst. «sans (un fait, une condition)» (MALHERBE, Poésies, LXIV, 174 ds Œuvres, éd. L.Lalanne, t.1, p.214: [ces miracles] Ne sont point ouvrages possibles A moins qu'une immortelle main); 1644 à moins de + subst. «id.» (CORNEILLE, Rodogune, II, 2: Je me voyais perdue à moins d'un tel otage); 1651 id. (RACAN, Mém. pour la vie de Malherbe ds Œuvres, éd. Tenant de Latour, t.1, p.266); ) 1636 à moins que de + inf. marque une condition qui, si elle n'est pas remplie, laisse s'effectuer l'action exprimée (CORNEILLE, Cid, III, 4), la suppression possible de que est signalée par Ac. 1798: A moins d'être fou; ) 1643 à moins que + inf. «sauf si, excepté si» (CORNEILLE, Menteur, II, 1); av. 1654 (GUEZ DE BALZAC, Lettres, III, 20 ds G. GUILLAUMIE, J. L. Guez de Balzac et la prose fr., 1927, p.459: A moins que changer de sexe, elle ne saurait empêcher qu'on ne la haïsse); 2. loc. conj. a) 1268 a moins que ne... «sans que, étant exclu que» (Claris et Laris, 19762 ds T.-L.); b) 1668 à moins que ... ne «sauf si» (LA FONTAINE, Fables, II, 14: Car, que faire en un gîte, à moins que l'on ne songe?); 3. loc. adv. a) 1636 à moins «pour une moindre somme» (MONET); b) 1668 id. «pour une moindre raison, une moindre cause» (LA FONTAINE, Fables, I, 12). B. «Une quantité moindre» 1. 1160-74 suj. (WACE, Rou, éd. J. Holden, III, 2325); 2. ca 1165 meins de (BENOÎT DE STE-MAURE, Troie, 26798 ds T.-L.); 1176-81 moins de ... que (CHRÉTIEN DE TROYES, Chevalier au Lion, 568: ... Ne que moins d'enor me feîssent Qu'il avoient fet l'autre nuit); 1269-78 mains de ... que de (JEAN DE MEUN, Rose, éd. F. Lecoy, 8658, 8663, 8665: Preude fame, par saint Denis! Don il est mains que de fenis...; Mains que de fenis? par ma teste! Par comparaison plus honneste, Voire, mains que de blans corbiaus); 3. 1174-87 a mains «d'une chose moindre» (CHRÉTIEN DE TROYES, Perceval, 8606: Volantiers m'en feîsse a mains). IV. Subst. 1. 1174-76 (GUERNES DE PONT-STE-MAXENCE, St Thomas, 155 ds T.-L.: Mes cel premier romanz m'unt escrivein emblé ... Et là ù j'oi trop mis ne l'oi uncore osté, Ne le plus ne le mains n'erés ne ajusté); 2. 1762 désigne le signe de soustraction (Ac.); 3.1835 impr. (ibid.). V. Adj. 1er quart XIIIe s. «moindre» (RENCLUS DE MOLLIENS, Carité, 92, 5 ds T.-L.). Du lat. minus (compar. de parum «peu») «moins»; à rapprocher du I B, l'emploi de minus avec un ablatif marquant la quantité: uno minus teste (CICÉRON, Verr., 1, 149) «un témoin de moins». Fréq. abs. littér.: 64737. Fréq. rel. littér.: XIXe s.: a) 106748, b) 79020; XXe s.: a) 73464, b)97713. Bbg. BASTIN (J.). Ne rien moins que. In : Nouv. glanures gramm. Riga, 1907, pp.3-8. — FALK (P.) À propos du synt. à moins que de + inf. R. Ling. rom. 1967, t.31, pp.252-256. — FAUCHER (E.). Les Machines comparantes. Verbum. 1978, t.1, p.50. — KLEIBER (G.). Adj. antonymes... Trav. Ling. Litt. Strasbourg. 1976, t.14, n°1, pp.277-326. — YVON (H.). Le, la, les, art. ou pron.? Fr. mod. 1950, t.18, pp.248-253.

moins [mwɛ̃] adv.
ÉTYM. XIVe; mains, fin XIIe; meins, v. 1130; du lat. minus, neutre de minor pris adv.; moins (XVe) provient d'une « fausse régression » (Dauzat). → Avoine. Comparatif irrégulier de peu.
———
I Adverbe comparatif de peu. Comparatif (cit. 1) d'infériorité.
1 Absolt (modifiant un verbe). || Il travaille moins. || Cela vous plaira moins (→ Expression, cit. 33).(Modifiant un adj.). || Il est moins heureux, moins grand, moins riche (→ Adversaire, cit. 4; hisser, cit. 6; langoureux, cit. 2). || Devenir moins grand, moins important… ( Décroître, diminuer, rétrécir); moins beau, moins cher ( Perdre [sa valeur]). || Rendre moins grand ( Amenuiser, amoindrir, diminuer, rabaisser, ramoindrir, réduire), moins vif, moins fort ( Amortir, atténuer). || Dégradation du clair au moins clair (→ Arrondir, cit. 5). || « On est moins malheureux (cit. 7) quand on ne l'est pas seul ».(Modifiant un adverbe). || Tâchez d'arriver moins tard. || Moins bien (→ Acanthe, cit. 1; énoncer, cit. 8). || C'est un peu moins mal. — ☑ Loc. En moins grand, en moins bien…
1 Achille nous menace, Achille nous méprise;
Mais ma fille en est-elle à mes lois moins soumise ?
Racine, Iphigénie, IV, 8.
2 Il faut l'avouer, les femmes ont fini par prendre part à l'immoralité qui détruisait leur véritable empire : en valant moins, elles ont moins souffert.
Mme de Staël, De l'Allemagne, I, IV.
REM. 1. Moins se place avant l'adjectif ou l'adverbe qu'il modifie, et généralement après le verbe. Aux temps composés il peut se placer avant ou après le participe passé : il a moins parlé, il a parlé moins.
2. Moins modifiant un attribut (nom, expression, proposition). Être moins mère, moins honnête femme (→ Loger, cit. 20). — J'ai moins faim, moins froid, moins chaud.
2 (En corrélation avec que comparatif).Moins que… || Il travaille moins que son frère, moins qu'avant, moins que je ne croyais. || Moins que jamais (→ Condamnation, cit. 8). || Moins que personne (→ Jeune, cit. 11).Il est moins intelligent que son frère, moins qu'il ne le croit. || Être moins inquiet qu'irrité (→ 2. Froid, cit. 20). || Rien n'est moins sincère (→ Garant, cit. 4), moins commode (→ Licence, cit. 17) que… || Il est moins rare, moins dangereux de faire telle chose que de… (→ Antipathie, cit. 3; athée, cit. 5). || Moins bien que… (Modifiant un nom. → ci-dessus 1. rem. 2). → Manchot, cit. 5.
3 L'ivresse dont je fus saisi (…) fut si durable et si forte qu'il n'a pas moins fallu, pour m'en guérir, que la crise imprévue et terrible des malheurs où elle m'a précipité.
Rousseau, les Confessions, IX.
4 L'amour qu'il ressentait pour Mlle Aglaé, moins ardent et moins furieux que celui de Mendès, mais plus intime et plus profond, était tourné chez lui en une manie acharnée.
Flaubert, l'Éducation sentimentale, in Brunot, la Pensée et la Langue, p. 729.
(Suivi d'un adjectif). || Il est moins que génial, mais on peut dire qu'il a du talent.
(Construit avec des propositions subordonnées). || Moins parce que… que parce que… (→ Fou, cit. 43).
5 Et de ses vœux troublés lui rapportant l'hommage,
Soupirer à ses pieds moins d'amour que de rage.
Racine, Andromaque, I, 1.
6 On plaignait donc le capitaine d'Auverney, moins pour les pertes qu'il avait souffertes que pour sa manière de les souffrir.
Hugo, Bug-Jargal, II.
3 (Accompagné d'un adverbe qui précise la comparaison). || Un peu moins (→ Lors, cit. 1). || Un peu plus ou un peu moins (→ Inaccessible, cit. 15). || Guère (cit. 25) moins que… || D'autant (cit. 62) moins que… || Beaucoup (cit. 38 et 39) moins que… || Bien (cit. 80) moins que… || Infiniment, nettement moins. || Encore moins que (→ Fait, cit. 21), moins encore… (→ Finance, cit. 4, La Fontaine).
7 Je crois à l'amitié moins encor qu'à l'amour.
Florian, Fables, IV, 5.
Précédé de une, deux, trois… fois (→ Jésuite, cit. 3). — REM. Cette tournure exprime généralement l'idée de division (A est trois, quatre fois moins grand que B) et, rarement, l'idée de soustraction (A est une fois moins grand que B).
4 Précédé d'une négation, et exprimant une égalité (et parfois même, par euphémisme, une supériorité).Non moins que… Ainsi (que); comme. → Autant, cit. 28. || Non moins bon archer (cit. 2) que mauvais raisonneur. || Non moins fameux (cit. 3) que…
8 Non, c'est du Père Corneille, si scrupuleux, du non moins correct que tendre Racine, et de ce Molière non moins correct ni point si tendre, qu'il retourne.
Verlaine, Poètes maudits, V, « Villiers de l'Isle-Adam ».
Rien de moins; rien moins, rien de moins que… Rien.
Pas moins : tout autant (→ Fabriquer, cit. 3; malade, cit. 2). || Le lendemain, ma décision n'était pas moins ferme (→ Fausser, cit. 3). || « Tu me haïssais (cit. 6) plus, je ne t'aimais pas moins » (Racine).N'en… pas moins : malgré, nonobstant (→ Griffe, cit. 9; maigre, cit. 3).Il n'est pas moins vrai que… : il est cependant vrai (→ Changer, cit. 57).
On ne peut moins : moins que personne, le moins qui soit possible.
9 Mais j'étais alors on ne peut moins sceptique, et, de plus, parfaitement ignorant, incurieux même, des œuvres de la chair.
Gide, Si le grain ne meurt, I, II, p. 60.
5 Loc. Plus ou moins : locution exprimant « l'incertitude dans l'expression de la quantité » (Le Bidois). Plus.Ni plus ni moins. — ☑ De moins en moins : en diminuant par degrés, graduellement (cit. 2). → Force, cit. 84; gouffre, cit. 7; intelligible, cit. 7.
10 À mesure que le pouvoir se sécularisait et passait en des mains incrédules, le peuple juif vivait de moins en moins pour la terre (…)
Renan, Vie de Jésus, Œ. compl., t. IV, I, p. 95.
En corrélation avec moins ou plus, pour marquer une diminution directement ou inversement proportionnelle (cf. Vx. Tant plus… tant moins).REM. « L'addition de et devant le second membre ôte au système un peu de sa raideur » (Le Bidois, Syntaxe du français moderne, §1226). Moins il travaille (et), moins il réussira. || Moins… plus… (→ Apte, cit. 2 et 7; exiger, cit. 12). || Plus… moins. Plus.D'autant mieux établi que moins juste (cit. 25).
11 Moins vous l'aimez, et plus tâchez de lui complaire (…)
Racine, Mithridate, IV, 2.
12 Moins on mérite un bien, moins on l'ose espérer.
Molière, Tartuffe, IV, 5.
13 On le croyait d'autant moins que sa défense était plus compliquée et son argumentation plus subtile.
Maupassant, Miss Harriett, « La ficelle ».
———
II Le moins, superlatif de peu.
1 Le, la, les moins. 1. Le. || Au moment où il s'y attend (cit. 100) le moins. || « C'est le fonds (cit. 5) qui manque le moins ». || Ce qu'il nous faut le moins, ce dont nous avons le moins besoin.Les actes (cit. 5) les moins calculés. || Le sentiment le moins généreux (→ Égoïste, cit. 1). || Le moins fainéant (cit. 5) des hommes. || L'humain (cit. 12), le moins humain. || L'oreille la moins délicate (→ Instrument, cit. 5).Les bois (cit. 25) qui pourrissent le moins vite. || Le moins bien, le moins mal. || Le moins souvent possible.
Le moins du monde : aussi peu que possible. Moindrement.REM. Cette locution s'emploie d'ordinaire à la forme négative (pas le moins du monde; sans s'inquiéter le moins du monde) avec le sens de « pas du tout, nullement » (→ Falsifier, cit. 6).
2 Loc. div. Au moins, appliqué à une condition qui atténuerait ou corrigerait le caractère d'un événement, d'une situation que l'on regrette, que l'on déplore. || Si, au moins, il était arrivé à temps ! Seulement. || « Gardez (cit. 56) belle nature, au moins le souvenir ». || Goûte-le, au moins, avant de dire que tu ne l'aimes pas.
14 Puisque tu ne fiches rien, dit-elle à sa sœur, rentre au moins à la maison… Tu feras la soupe.
Zola, la Terre, III, IV.
Au moins, s'emploie absolument pour insister sur une recommandation (au sens de « surtout »).
15 Ne vas pas dépouiller un blessé, au moins (…)
Stendhal, la Chartreuse de Parme, I, IV.
Dans une interrogation (familier) :
16 « Et autrement, vous savez la nouvelle, au moins ? — Et autrement, quoi donc ? (…) le départ de Tartarin, au moins ? » Car à Tarascon toutes les phrases (…) finissent par au moins, qu'on prononce au mouain.
Alphonse Daudet, Tartarin de Tarascon, p. 62.
Avec un numéral, au moins indique la limite inférieure d'une évaluation. Minimum (au). → Fiction, cit. 8; filer, cit. 24; manie, cit. 6. || Il y a au moins une heure. Bien. || Cela lui rapportera au moins un million (→ Au bas mot).
17 Lettres ! Envoie aussi des lettres, ma chérie…
Une par jour au moins, une au moins, je t'en prie.
Apollinaire, Ombre de mon amour, p. 39.
18 Le Père d'Exiles avait fait au moins trente kilomètres vers l'Ouest quand (…)
P. Benoit, Lac salé, in Le Bidois, Syntaxe du franç. moderne, §1706.
Vx. Au moins s'employait au XVIIe au sens fort de du moins.
19 C'est, Monsieur, votre père, au moins à ce qu'il dit (…)
Molière, l'Étourdi, I, 2.
Du moins (valeur restrictive). || Il a été reçu premier; du moins il l'affirme. Plutôt (→ Arrangement, cit. 1; cesser, cit. 33; juger, cit. 11). || S'il a reçu des menaces, du moins il n'est pas en danger. Néanmoins, pourtant. || Prêtez-le moi, si du moins vous n'en avez pas besoin.
REM. Du moins est considéré par l'Académie, Littré, Hatzfeld, comme un synonyme de au moins, mais l'usage moderne fait une distinction (qui n'a rien d'absolu) entre ces deux locutions. De même, au moins ne peut être substitué à du moins dans l'expression si du moins… L'inversion est plus fréquente après du moins (du moins le prétend-il) qu'après au moins (au moins, vous êtes franc !).
20 Nous dirions volontiers, d'une façon un peu simpliste, mais en somme assez claire : au moins corrige, sans effacer, du moins corrige en effaçant, parfois même en annulant presque complètement l'assertion qui précède. C'est (…) une véritable substitution qu'énonce du moins dans cette phrase : « Je prendrai un nouvel amant, du moins on le croira dans le monde » (Stendhal, la Chartreuse de Parme, XVI, 317) : la marquise, en effet, n'a nullement l'intention de prendre un nouvel amant (…)
G. et R. Le Bidois, Syntaxe du franç. moderne, §1704.
Vx. || Du moins, employé avec un numéral au sens de au moins.
21 Je vais gager qu'en perruques et rubans, il y a du moins vingt pistoles (…)
Molière, l'Avare, I, 4.
Tout au moins (→ Canaliser, cit. 3; forcer, cit. 18; ivre, cit. 4; languir, cit. 6), à tout le moins, pour le moins (→ Attendre, cit. 99; évidence, cit. 3; loin, cit. 37; manège, cit. 10) sont employés dans des sens très voisins de au moins.
22 Pour le moins et tout au moins ont aussi chacun sa nuance propre. Pour le moins paraît mieux convenir quand il s'agit de quantité (…) Mais tout au moins est préférable par rapport à l'état ou à la qualité.
Lafaye, Dict. des synonymes, Au moins, Du moins, 1.
23 J'ai pour le moins autant de colère que vous (…)
Molière, le Dépit amoureux, II, 4.
24 (…) une pareille entreprise est prodigieuse et probablement au-dessus de l'esprit humain. À tout le moins, pour l'exécuter, celui-ci n'a pas trop de toutes ses forces et ne peut trop soigneusement se mettre à l'abri de toutes les causes de trouble et d'erreur.
Taine, les Origines de la France contemporaine, t. I, III, p. 170.
Des moins. Parmi les moins. || « Un portrait des moins flatteurs » (Sainte-Beuve, in Grevisse), qui pourrait compter parmi les moins flatteurs. — ☑ Loc. adv. Il chante des moins juste; il n'écrit pas des moins mal (Grevisse).
25 N'est-ce pas que cet homme est des moins ordinaires ?
Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac, I, 2.
———
III Emploi nominal (sans déterminant).
1 Une quantité moindre; une chose moindre. || Cela coûte moins. || On ne peut pas faire moins. || Il s'attendait à moins. || Il en sait encore moins que moi. || Il fit moins encore… || Il y en a moins ici que là.
26 Je viens de l'acheter moins encor qu'il ne vaut.
Molière, l'Étourdi, II, 7.
Moins que rien : extrêmement peu.Nom. || Un, une moins que rien : une personne sans valeur, méprisable.
En corrélation avec de… (devant un nom de nombre ou avec la valeur de « déterminatif indéfini numéral ou quantitatif ») (Grevisse). || Moins de vingt kilos. || Cela coûtera moins de cent francs (Académie). || Il y a moins de généreux (cit. 13) qu'on pense. || En moins de… (→ Force, cit. 61; merveille, cit.7). || Il a moins de vingt ans.Ellipt. (fam.). || Les moins de vingt ans, ceux qui ont moins de vingt ans. || Film interdit aux moins de seize ans.
27 Je laboure la terre; je grimpe dans la montagne; je perce la forêt; je parcours une lieue de la plaine en moins d'une heure.
Diderot, Suppl. au voyage de Bougainville, II.
REM. 1. Moins de… amène le plus souvent au pluriel le verbe qui en dépend. Moins de deux ans se sont passés (plur. régulier, mais illogique).
2. On emploie moins que devant un nom de nombre « quand on veut donner au second terme de la comparaison un relief plus accusé ou lui faire prendre une signification mathématique ». Il ne m'avait pas fallu moins que ces sept années pour… (F. Gregh, in Grevisse, le bon usage, §851).
Loc. En moins de rien (→ Déserter, cit. 14; flamme, cit. 8; instabilité, cit. 2).En moins de temps qu'il ne faut (ou n'en faut) pour le dire. — ☑ Fam. En moins de deux : très vite. || Pour moins de dix francs. || Avec moins de cinq collaborateurs.
(Précédé d'une négation). || Il n'en fera pas moins.Ni plus ni moins : exactement autant. || Je n'attendais (cit. 75) pas moins de… || Pas moins que…, de.
28 (…) soixante mille hommes, qui ne se promettaient pas moins que de conquérir la Picardie et la Champagne (…)
Racine, la Campagne de Louis XIV.
29 (Tarquin) est peu religieux, fort incrédule; il ne faut pas moins qu'un miracle pour le convaincre de la science des augures.
Fustel de Coulanges, la Cité antique, IV, III, 4o.
30 Il ne faudrait pas moins d'un Dieu (…) pour donner une réalité à des apparences.
Bernanos, les Enfants humiliés, in Grevisse.
2 Par oppos. à trop. Quantité insuffisante (→ Pas assez, trop peu).
31 On doit avoir la plus grande attention à ne leur donner que très peu de choses (…) et en tout plutôt moins que trop de nourriture.
Buffon, Hist. nat. des oiseaux, in Damourette et Pichon, §2713.
3 À moins de…, que… Loc. (désignant une limite au-dessous de laquelle, et, par ext., une condition en dehors de laquelle une chose n'est pas possible, pas réalisable ou tolérable).
À moins de… : à un prix inférieur à… || À moins de cent francs. Dessous (au).Fig., vx. En dehors d'une certaine condition (cet emploi est encore vivant avec un futur, un conditionnel) : je ne lui pardonnerai pas à moins d'une rétractation publique (Académie). Sauf. || Il n'accepterait pas à moins d'une augmentation, à moins qu'il reçoive une augmentation, à moins de recevoir une augmentation.
32 — À moins d'un songe, on ne peut pas sans doute
Excuser ce qu'ici votre bouche me dit.
— À moins d'une vapeur qui vous trouble l'esprit
On ne peut pas sauver ce que de vous j'écoute.
Molière, Amphitryon, II, 2.
À moins de… (et subst.) : sauf.
33 — Si je n'avais plus ces quatre cents francs, qu'est-ce qu'on deviendrait ? (…) À moins d'un héritage ? s'écria-t-il, comme s'il venait de faire une découverte.
Martin du Gard, les Thibault, t. III, p. 240.
Vieilli. || À moins que de… (et v. à l'inf.) : en dehors de (la condition désignée par l'infinitif).
34 Toute puissance est faible à moins que d'être unie.
La Fontaine, Fables, IV, 18.
Mod. || À moins de… (et infinitif).
35 (…) à moins d'être tout à fait stupide, le public doit en avoir quelque soupçon.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. I, XV, p. 162.
Loc. conj. À moins que… : si ce n'est que…, sauf le cas où. Hors.
REM. À moins que régit le subjonctif, habituellement accompagné du ne dit explétif. À moins qu'une belle femme ne soit un ange (cit. 19)… — Le ne, souvent omis dans la langue classique, l'est parfois encore de nos jours. « Le sens varie selon que l'on met après à moins que le simple ne ou la négation complète : À moins que l'on ne dise = en exceptant le cas où l'on dirait. À moins que l'on ne dise pas = en exceptant le cas où l'on ne dirait pas » (Grevisse, le bon usage, §882).
36 À moins de. — On a hésité sur la forme (à moins que de était très classique) […] En subordination, on se sert d'à moins que (…) Dans la langue moderne, à moins que exige souvent à sa suite le ne modal. On l'omettait au XVIIe s. (…) — du plaisir ne me chaut À moins qu'il soit mêlé d'un peu de peine (La Font., IV, 298).
Brunot, la Pensée et la Langue, p. 881.
37 Il se peut que l'on pleure, à moins que l'on ne rie (…)
A. de Musset, Premières poésies, « Au lecteur des deux pièces… »
38 Et c'est la Mort, à moins que ce ne soit le Roi.
Hugo, la Légende des siècles, XXVI.
À moins : pour une chose moindre, une quantité, un prix moindre. || On s'effraie (cit. 8) à moins. || Il est furieux; on le serait à moins ! || Inutile de marchander, vous ne l'aurez pas à moins.
39 Par Apollo ! cent vers ! je devrais être las;
On le serait à moins, mais je ne le suis pas.
Th. Gautier, Poésies diverses, « La bonne journée ».
40 Il est fou (…) — Je le plains. Mais on perdrait la tête à moins (…)
Giraudoux, Ondine, III, 4.
4 De moins, en moins (exprimant l'idée de manque, d'insuffisance ou de restriction, de diminution). Manque (infra cit. 5 : de manque); défaut, déficit, diminution (→ Homme, cit. 139). || Être en moins. Manquer.
41 Ainsi se termina cette échauffourée, qui semblait pouvoir enfanter de grands malheurs; personne n'y fut tué; les cavaliers, avec quelques égratignures de plus, et quelques-uns avec leurs bourses de moins, à leur grande surprise, reprirent leur route près des carrosses par des rues détournées (…)
A. de Vigny, Cinq-Mars, XIV.
———
IV Nom.
1 Le moins : la plus petite quantité, la moindre chose.Qui peut le plus peut le moins (loc.). || Différer du plus ou du moins. || La litote fait entendre le plus en disant le moins.Le moins que j'en pourrais dire (→ Martyre, cit. 11).Le moins que l'on en puisse dire, c'est qu'il a été bien maladroit. || C'est bien le moins qu'on puisse faire. Minimum.Absolt.C'est bien le moins ! || Le moins qu'il vous sera possible (→ Gesticuler, cit. 1).
42 Les hommes composent ensemble une même famille : il n'y a que le plus ou le moins dans le degré de parenté.
La Bruyère, les Caractères, IX, 47.
43 Si une quantité peut croître et diminuer, si l'on y aperçoit pour ainsi dire le moins au sein du plus n'est-elle pas par là même divisible (…)
H. Bergson, Essai sur les données immédiates de la conscience, I.
Le moins de… : la plus petite quantité de… || Le pays où il y a le moins de miséreux (→ aussi Escompter, cit. 7; ligueur, cit. 2).
44 Les œuvres les plus belles sont celles où il y a le moins de matière (…)
Flaubert, Correspondance, 303, 16 janv. 1852.
2 Math. || Le signe moins (−) : le signe de la soustraction; le signe qui affecte les nombres négatifs, en algèbre. || Mettez-un moins.
45 (…) je m'aperçus que personne ne pouvait m'expliquer comment il se faisait que : moins par moins donne plus (−×− = +) ? (C'est une des bases fondamentales de la science qu'on appelle algèbre).
Stendhal, Vie de Henry Brulard, 34.
———
V Adj. (Employé comme attribut). || Il est moins qu'il paraît (→ ci-dessous, cit. Giono).Spécialt. || Il est, c'est moins que rien (→ Imposer, cit. 38).N.(1943, Cl. Roy, in D. D. L.). Un, une moins que rien : une personne dépourvue de toute qualité, de tout intérêt; une personne peu estimable. Aussi : une personne sans importance sociale, sans influence, sans pouvoir.
46 Mais je ne peux pas lui faire grâce de ce qu'il est moins qu'il paraît, moins que ce qu'il dit, moins que ce qu'on dit, moins que ce que je croyais. Presque rien. Non, ça je ne peux pas. C'est trop tromper.
J. Giono, le Chant du monde, I, IX.
———
VI Prép.
1 En enlevant, en ôtant, en soustrayant… || Six moins quatre font deux ( Soustraction; → ci-dessus IV., 2.). || Les mêmes, moins Copeau (→ Lancer, cit. 36). Sauf.
47 Graslin retrouva dans un coin du secrétaire les sommes qu'il avait remises à sa femme, moins l'argent des aumônes et celui de la toilette (…)
Balzac, le Curé de village, Pl., t. VIII, p. 567.
Spécialt. Dans le décompte de l'heure. || Dix heures moins une, moins dix (minutes), moins un quart, moins le quart (→ Fermer, cit. 27; filer, cit. 28).Ellipt. (En sous-entendant l'heure). || Dépêchez-vous, il est presque moins dix. || Elle est partie à moins le quart.
Loc. Il était moins une, moins cinq : il s'en fallait d'une, de cinq minutes, de très peu.
48 Je reprochai à Albertine d'avoir été si désagréable. « Cela lui apprendra à être plus discrète. Ce n'est pas une mauvaise fille, mais elle est barbante. Elle n'a pas besoin de venir fourrer son nez partout. Pourquoi se colle-t-elle à nous sans qu'on lui demande ? Il était moins cinq que je l'envoie paître. D'ailleurs, je déteste qu'elle ait ses cheveux comme ça, ça donne mauvais genre. »
Proust, À l'ombre des jeunes filles en fleurs, Folio, p. 554.
2 (Indiquant un nombre négatif, une valeur négative). || Il fait moins dix (degrés). || Dix puissance moins sept (10−7). || Moins l'infini.REM. Dans cet usage, moins peut s'opposer à l'absence de marque (ex. Dix puissance sept), ou à plus (ex. Plus l'infini).
CONTR. Autant. — Autrement, davantage, plus.
COMP. Moins-disant, moins-perçu, moins-value.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • moins — Moins, Minus. Trois fois moins ce champ la rend que tu n as semé, Tribus tantis ager ille minus reddit, quam obseueris. Moins cela. En monstrant quelque festu ou autre chose de neant, Reddet tibi cito. M. istoc vilius. Moins long temps, Minus diu …   Thresor de la langue françoyse

  • moins — Moins. adv. De comparaison, qui marque diminution & qui est opposé a plus. Pas tant. Parlez moins. parlez moins haut. soyez moins colere, un peu moins colere. j ay bien moins, beaucoup moins d interest à cela que vous. ce que je vous en dis est… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Moins — Assez courant dans le Cantal et l Ardèche, semble désigner celui qui est originaire du hameau de Moins, à Saint Julien Labrousse (07) …   Noms de famille

  • moins — néanmoins …   Dictionnaire des rimes

  • moins — (moin ; l s se lie : moin z on a.... Au XVIIe siècle, quelques uns prononçaient mains, c était une prononciation archaïque) 1°   Adv. comparatif de peu, répondant à l adverbe latin minus, opposé à plus et servant à marquer infériorité ou… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • MOINS — Adv. de comparaison qui est opposé à Plus, et qui sert à marquer l infériorité d une personne ou d une chose comparée à une autre ou à elle même, sous quelque rapport de qualité, de quantité, d action, etc. Elle est moins jolie que sa soeur. Elle …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • MOINS — adv. Comparatif de Peu, qui est opposé à Plus et qui sert à marquer l’infériorité d’une personne ou d’une chose comparée à une autre ou à elle même, sous quelque rapport de qualité, de quantité, d’action, etc. Elle est moins jolie que sa soeur.… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • moins — adv. ; prép., sauf, excepté : mwan (Giettaz 215, Morzine, Praz Arly, Reyvroz 218, St Nicolas Chapelle 125), mwê (Albanais 001b, Annecy 003b, Albertville, Bellecombe Bauges 153, Billième, Chambéry 025, Doucy Bauges, Montagny Bozel 026, St Jean… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Moins un — −1 (nombre) « Moins un » redirige ici. Pour l année, voir 1. −1 est le nombre entier plus grand que moins deux (−2) et plus petit que 0 …   Wikipédia en Français

  • Moins — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sur les autres projets Wikimedia : « Moins », sur le Wiktionnaire (dictionnaire universel) Par opposition à plus et par rapport à peu  …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.